#Inspirations#Jardin

Tout savoir sur les piscines naturelles

Qui n’a jamais rêvé de plonger dans une eau pure à 100% ? De l’aménagement au budget, voici les méthodes et techniques pour créer son propre bassin d’eau naturelle.

Publié le  
Tout savoir sur les piscines naturelles © Hilde Verbeke

Qui n’a jamais rêvé de plonger dans une eau pure à 100% ? L’étang de baignade, appelé aussi piscine naturelle ou écologique, présente de nombreux avantages, dont l’absence de substances toxiques et de chlore. De l’aménagement au budget, voici les méthodes et techniques pour créer notre propre bassin d’eau naturelle.

Une baignade naturelle

L’écologie est un enjeu crucial, on en tient compte aussi pour le plan d’eau qu’on prévoit d’aménager dans notre jardin. Aujourd’hui, la piscine classique, qui contient beaucoup de produits chimiques, cède souvent la place à des variantes plus respectueuses de l’environnement. La principale différence réside dans la composition de l’eau: les alternatives écologiques ne contiennent pas de substances chimiques comme le chlore ou le peroxyde d’hydrogène.

piscine Swimm
Étang de baignade réalisé par Swimm, une filiale de l’entreprise Tuinteam à Pervijze. Cette firme s’occupe de l’aménagement de jardins, mais aussi de piscines naturelles et biologiques. © Hilde Verbeke

Ce type de piscine se base sur le principe du lagunage, qui est un système naturel d’épuration et de filtration effectué par des micro-organismes, des algues et des plantes aquatiques.

L’écosystème des étangs de baignade

Aujourd’hui, l’éventail de possibilités en matière de piscines plus saines est très large. Il existe trois alternatives écologiques à la piscine classique au chlore: l’étang de baignade ou piscine naturelle, la piscine biologique et la piscine hybride. Dans les étangs de baignade ou les piscines naturelles entièrement écologiques, l’eau est purifiée par un filtre hélophyte constitué de plantes adaptées, généralement des iris pseudacorus, ou iris jaunes. “Dans un étang de baignade ou une piscine naturelle, il y a prolifération d’algues et formation d’un biofilm. Si vous n’en voulez pas, vous pouvez installer des modules écologiques complémentaires, notamment un ioniseur, un système UV et un filtre à beads”, explique Wouter Van Ancker de la firme Tuinteam, spécialisée dans l’aménagement de jardins et d’étangs de baignade.

© Hilde Verbeke

Le filtrage écologique d’une piscine biologique

L’autre option, c’est une piscine biologique, qui se distingue d’une piscine naturelle principalement par la méthode de filtrage. La piscine biologique ne comporte pas de zone remplie de plantes, elle est par contre équipée d’un filtre écologique qui purifie l’eau mais sans utiliser de chlore. “On peut parfaitement avoir une piscine biologique, grâce à un système à hydrolyse automatique qui produit de l’oxygène actif. On profite ainsi de l’aspect d’une piscine normale, mais sans ses produits nocifs pour l’environnement comme le chlore”, ajoute Wouter. Enfin, les deux options peuvent fusionner en une seule et même piscine: un modèle hybride qui conjugue un entretien très simple grâce à des plantes filtrantes en hiver et la facilité d’un filtrage mécanique qui prend le relais au début de la saison de baignade. En mode été, la zone verte est entièrement isolée de la partie réservée aux nageurs et constitue un étang à part entière.

piscine biologique Doehetzelf-Zwemvijvers
Piscine biologique à construire soi-même, réalisée avec les matériaux de la firme Doehetzelf-Zwemvijvers située à Begijnendijk. © Doehetzelf-Zwemvijvers

Belle toute l’année

Outre le fait qu’une piscine biologique est plus saine, elle offre aussi une plus grande liberté esthétique. Elle permet en effet d’oublier le classique angle droit en optant pour un aspect organique, un étang qui paraît naturel et dont la rive s’intègre au reste du jardin. La qualité permanente d’une piscine biologique constitue un autre avantage. “Les piscines classiques remplies de substances chimiques doivent être vidées à la fin de la saison de baignade ou recouvertes d’une bâche peu flatteuse, tandis qu’une piscine biologique conserve son aspect esthétique toute l’année. L’eau est filtrée par des plantes adaptées, si bien qu’elle reste pure de janvier à décembre. En automne et en hiver, un étang de baignade ou une piscine écologique apporte également une plus-value au jardin.

Piscine naturelle réalisée par Aqua-Art à Kalmthout. © Hilde Verbeke

Mentionnons pour terminer que le linder, le matériau qui couvre le fond de la piscine, offre le choix entre plusieurs couleurs. Le noir ou le gris anthracite produisent un effet particulièrement réussi”, explique Guido Van de Mierop, pionnier en matière de piscines biologiques qui, il y a 30 ans, a fondé Aqua-Art, une entreprise spécialisée dans l’aménagement d’étangs de baignade et de piscines biologiques.

Combien ça coûte?

La construction d’une piscine naturelle coûte aux alentours de 10 000 euros pour les travaux préventifs et les coûts techniques. L’aménagement d’un étang de baignade ou d’une piscine naturelle doit être précédé d’une étude. Celle-ci est l’occasion d’analyser la qualité des eaux souterraines et de vérifier si un drainage du terrain (extraction de l’eau du sol) s’impose.

Piscine biologique réalisée par Swimm. © Hilde Verbeke

Le prix d’un étang de baignade ou d’une piscine naturelle est fortement conditionné par les souhaits du client en ce qui concerne la forme. Pour une surface de 8 sur 4 mètres, le prix de départ est d’environ 30 000 euros. “Mais en termes d’entretien, une piscine naturelle revient beaucoup moins cher qu’une piscine classique. Comptez de 1 500 à 2 000 euros de frais fixes pour l’entretien annuel d’une piscine classique, coûts de chauffage non compris. Ajoutez les taxes qui seront prélevées à l’avenir et le calcul est vite fait”, affirme Guido Van de Mierop de la firme Aqua-Art.

Une piscine à construire soi-même

Si on a la chance d’avoir des compétences techniques et qu’on ne craint pas de retrousser nos manches, on peut parfaitement aménager nous-même notre piscine biologique. Seule la préparation du gros œuvre comme le creusement de la fosse, la maçonnerie et le coulage de la dalle de béton ne sont pas inclus dans le prix du kit. “Nous livrons tous les matériaux pour la piscine et l’installation du filtrage. Sa construction peut prendre trois semaines ou un an, c’est le client qui décide. Dans le cas présent, c’est l’entrepreneur qui attend le client et non l’inverse. C’est très intéressant pour un pays DIY comme la Belgique”, conclut Carlos Platteau de la firme Doehetzelf-Zwemvijvers. On n’est évidemment pas abandonné à notre sort après la livraison du matériel. “Nous nous occupons de tous les imprévus au niveau de l’étanchéité et de l’installation du filtrage, des matériaux au placement. Les clients peuvent aussi nous contacter 7 jours sur 7 pour des conseils techniques”, précise Carlos. Un kit prêt-à-monter revient à minimum 8 000 euros pour la construction d’un étang de baignade classique. Pour une piscine naturelle remplie d’eau potable non chlorée, il faut compter 20000 euros, tandis que sa variante hybride revient à 22000 euros.

Suivez Déco Idées sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances déco, astuces, adresses, DIY, infos lifestyle & food et bien plus encore.