Les multiples talents de Julien Renault

Rencontré lors de la Milan Design Week, Julien Renault fait partie de la nouvelle génération des designers belges qui montent...

Sans-titre-1 © Julien Renault

Avec sa nouvelle collection « Mist » en collaboration avec Kewlox, il nous montre ses multiples facettes. Interview d’un trentenaire belge d’adoption.

julienrenault

Comment êtes-vous tombé dans l’univers du design ?

Après un bac d’art appliqué, je me suis inscrit à l’ESAD Design & Art school à Reims pour une formation de trois ans, très artistique. Ma première expérience de stage, je l’ai décrochée chez les frères Erwan et Ronan Bouroullec à Paris. Ensuite, j’ai eu l’envie de compléter mon cursus dans une école plus axée sur une formation industrielle. J’ai intégré l’ECAL en Suisse après y avoir fait un Erasmus.

Vos premières marques en Belgique, c’était quand ?

En 2009, quand j’ai eu mon diplôme je ne suis ni retourné en France ni resté en Suisse. J’ai suivi mon cœur jusqu’à la Belgique. J’ai travaillé comme assistant de Sylvain Willenz pendant un an. Pour varier les expériences et mes connaissances, je cumulais un job pour l’antiquaire Vincent Colet. L’intérêt ? S’écarter du design contemporain et s’intéresser aussi à un travail plus artisanal. Après ces deux expériences simultanées, je suis devenu l’assistant d’Alain Berteau et ai travaillé sur la réalisation des photos lors du lancement de sa marque Objekten. J’ai continué d’autres projets notamment pour la marque liégeoise ABV qui fabrique des solutions acoustiques pour les espaces publics et professionnels. D’un autre côté, j’ai persévéré dans mes projets de création personnelle et ai été édité auprès de plusieurs marques.