#Agenda#News

BRAFA: 5 bonnes raisons d’y aller

Du 26 janvier au 3 février, on visite la plus prestigieuse foire d'art et d'antiquités de Bruxelles.

Publié le  
BRAFA: 5 bonnes raisons d’y aller © Jan Liegeois

La Brussels Art Fair, plus connue sous le nom de BRAFA, débute l’année 2019 en présentant plus de 133 galeries belges et internationales à Tour & Taxis. Nos cinq bonnes raisons d’y faire un saut. 

1. Visiter l’une des plus grandes foires d’art et d’antiquités d’Europe

L’année passée, plus de 65 000 visiteurs sont venus admirer l’exceptionnelle sélection de la BRAFA. Qualité, éclectisme et convivialité caractérisent le formidable rassemblement d’œuvres, présentées par des galeries de New York, Paris, Londres, Marrakech, Florence, Zurich… Bref, un événement  cosmopolite à deux pas de chez nous.

Le stand de la galerie Le Beau à la BRAFA 2018. © A2pix-FBlaise-ECharneux

2. Profiter d’une offre artistique diversifiée

La direction de la BRAFA souhaite faire évoluer la foire dans un subtil équilibre entre tradition et nouveauté. On y découvrira les dernières tendances sur le marché de l’art, avec plus de 20 disciplines artistiques représentées, toujours dans un esprit de métissage, de diversité. Des galeries ayant pignon sur rue s’y mêlent avec de nouveaux talents qui s’imposent aux quatre coins de la planète.

3. Découvrir Gilbert & George, les invités d’honneur

Cet excentrique duo d’artistes, un Italien et un Anglais, est connu dans le monde entier pour ses performances et ses gigantesques photos sous verre, qui lui ont valu une réputation internationale. À la BRAFA, vous pourrez découvrir cinq de ses œuvres, en format XXL – tout comme la dose de surréalisme à la belge qui les imprègne.

Le stand d’Axel Vervoordt à la BRAFA 2018. © Jan Liegeois

4. Fêter les 100 ans d’antiquités et d’art

Cette année, la Belgique célèbre un siècle d’antiquités et de commerce d’objets d’art. Quel meilleur endroit pour souffler ces 100 bougies que la BRAFA? L’événement sera l’occasion de présenter une sélection prestigieuse d’œuvres appartenant à des collections privées. Au programme également, la publication d’un livre sur le métier de négociant en œuvres d’art réalisé par Thijs Demeulemeester, le journaliste spécialisé dans le design et l’architecture d’intérieur le plus célèbre de Flandre.

5. Participer aux conférences 

À la BRAFA, non seulement on s’en met plein les yeux, mais en plus on s’instruit.

Cette année, le cycle de conférences “Brafa Art Talks” fera notamment la part belle à Bruegel l’Ancien. L’historienne de l’art Christiane Struyven se penchera sur les critères qui font qu’une œuvre d’art est considérée comme majeure, tandis qu’une table ronde fera le point sur diverses thématiques qui alimentent l’actualité du marché de l’art. L’occasion aussi d’en apprendre davantage sur l’Art déco soviétique et sur la grande collectionneuse Peggy Guggenheim.

Infos pratiques: 

Du samedi 26 janvier au dimanche 3 février 2019.

Tour & Taxis, avenue du Port 86 C, 1000 Bruxelles.

Entrée: 25 euros, 10 euros pour les 16-26 et gratuit pour les moins de 16 ans. Vente des tickets en ligne.

Suivez Déco Idées sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances déco, astuces, adresses, DIY, infos lifestyle & food et bien plus encore.

A LIRE AUSSI :